L’arnaque du « faux Jean-Yves Le Drian » avec plus de 50 millions d’euros en jeu

Facebooktwitterredditpinteresttumblrmail

Depuis le mardi 4 février, sept personnes sont jugées devant le tribunal correctionnel de Paris car elles sont soupçonnées d’avoir usurpé l’identité du ministre des Affaires Etrangères Jean-Yves Le Drian, et ce depuis bientôt cinq années. Le procès est censé durer jusqu’au 12 février.

Deux arnaqueurs bien connus des autorités spécialisées seraient à la tête de l’escroquerie : Gilbert Chickli, 54 ans et Anthony Lasarevitsch, 35 ans. Mais comment ont-ils fait pour réussir à dérober plus de 50 millions d’euros ?

Leur plan était pourtant simple : se faire passer pour Le Drian au téléphone, et demander de l’argent à des chefs d’entreprise, des associations humanitaires ou encore des personnes très influentes. Ils leur envoyaient des papiers à remplir, prommettaient des remboursements immédiats de la France et demandaient de l’argent pour des actions top secrètes comme la libération d’otages en Syrie.

Méfiez-vous des apparences…
Les malfaiteurs étaient tout de même très bien préparés. Certains appels se faisaient par visioconférences, durant lesquelles une personne imitait Le Drian avec un masque en silicone de ce dernier, un costume, tout en se tenant derrière un bureau avec des drapeaux français et européens… De quoi avoir le doute.


Comparaison de Jean-Yves Le Drian avec un de ses imposteurs
en vidéoconférence | par BBC

Enormément de personnes visées
Parmi les 150 cibles de cette arnaque, c’est le chef spirituel des musulmans, Aga Khan, le premier à s’être fait avoir. Il a déversé 20 millions d’euros sur des comptes à l’étranger, étant sûr d’avoir été en contact avec le véritable Jean-Yves Le Drian. Heureusement, plus de la moitié de ces virements ont pu être bloqués.

Il n’est cependant pas le seul à être tombé dans le panneau, Inan Kirac, déteneur de l’une des plus grandes fortunes de Turquie, a lui aussi envoyé une somme astronomique afin de soi-disant « libérer deux journalistes français pris en otage en Syrie ». Cette fois-ci, ce sont 47 millions d’euros qui ont été transmis vers des comptes en Pologne et en Chine.

Fort heureusement très peu des 150 cibles ont réellement été bernées, certaines personnalités comme le ministre de la Défense tunisien ou encore le président de la République du Gabon ont réussi à voir la supercherie, et ont donc instantanément prévenu les autorités compétentes.

Gilbert Chickli, malgré les preuves accablantes, continue de nier son implication dans l’affaire… La suite le 12 février, et d’ici là, n’hésitez pas à télécharger notre appli Android ou notre appli IOS pour rester le plus loin possible des arnaques par téléphone.

Facebooktwitteryoutubeinstagram

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *